Consultation de texte

  • Un lourd fardeau
    Deux moines pèlerins  arrivèrent un jour dans une ville où une femme attendait qu’on l’aide à descendre de sa chaise à porteurs. La pluie avait laissé des flaques très profondes et la femme ne pouvait pas les traverser sans salir sa robe. Elle était immobile, l’air impatient, très en colère, et grondait ses serviteurs. Ne sachant où poser les paquets qu’ils portaient pour elle, ceux-ci ne pouvaient l’aider à franchir les flaques.
    Le plus jeune moine remarqua la femme, ne dit rien et passa son chemin. Le plus vieux la souleva, la jucha sur son dos, lui fit traverser l’eau et la déposa de l’autre côté. Après quoi, sans un mot de remerciement pour le vieux moine, la femme se contenta de le renvoyer puis tourna les talons.
    Comme les deux moines avaient repris leur marche , le plus jeune , l’air préoccupé , ruminait cette histoire. Au bout de plusieurs heures , incapable de garder le silence plus longtemps , il éclata :  «  Cette femme tout à l’heure, a été très égoïste et grossière. Tu l’as prise sur tes épaules pour l’aider à traverser l’eau et, en retour, elle ne t’a même pas remercié ! »
    « J’ai porté cette femme il y a des heures, répondit le vieux moine. Pourquoi, toi, continues-tu à la porter ainsi ? »



Pensée du mois