Consultation de texte

  • Le petit singe

    Il était une fois ....un petit singe qui, avec sa longue queue, son air malin et sa touffe de poils à la pointe de chaque oreille, ressemblait un peu à un ouistiti. C'est pourquoi on lui avait donné ce nom de Saru. A la suite de quelle circonstance avait-il atterri dans le dojo de Yagyu Tajima le grand maître dans l'art du sabre, on ne le sut jamais, mais il était présent à tous les exercices, se mêlait aux élèves et s'efforçait de les imiter.
    Un matin, un rônin se présenta à la porte du dojo de maître Yagyu Tajima et sollicita l'honneur de recevoir l'enseignement du sabre. Afin de montrer sa valeur, il offrit de combattre tel adversaire qu'on voudrait lui opposer.
    Le maître sourit et dit:
    " je t'accepte comme uchi deshi, si tu peux vaincre mon singe".
    Le rônin, étonné mais sûr de lui, acquiesça. On remit à chacun un bokken, sabre en bois en usage pour les exercices, et le maître donna le signal du combat. Le petit singe exécuta  quelques moulinets à une vitesse folles, effectua un saut perilleux et alors que le rônin portait une attaque shomen uchi, il fit un pas de côté et d'un bond se retrouva en équilbre sur le dos de son adversaire, puis avant que ce dernier reprenne ses esprits, lui fit sauter le sabre des mains. Le rônin vexé et confus reconnut sa défaite et se retira sans un mot.
    Il partit dans un coin retiré dans la montagne pour s'interroger sur les raisons de sa défaite. Il pensa qu'il n'avait pas été assez rapide et pas assez concentré sur cet adversaire un peu particulier qu'il avait négligé et que c'était pour cela qu'il avait été surpris et perdu. Il décida de reprendre totalement son entraînement et d'étudier farouchement le "kenjutsu" qui est l'art du sabre. Seul dans son ermitage il y consacra ses jours et ses nuits à se perfectionner. Il pratiquait aussi zazen, la méditation assise ce qui lui permettait de réfléchir à son état et de trouver réponses à ses nombreuses questions. Il progressait ainsi au fil des mois sur la Voie. Peu à peu il se délivra de ses illusions, de ses doutes, de ses lâchetés. Il se libéra de son orgueil, du désir et de la peur, son "ego" s'effaça et le mental dépassé, il accéda à la sérénité et à l'état de paisible harmonie avec l'univers.
    Plusieurs années s'écoulèrent....... Un matin, l'ancien rônin qu'il était, se jugea prêt à recevoir  l'enseignement qu'il avait sollicité dans le passé. Il se présenta à nouveau à la porte du dojo de maître Yagyu Tajima:
    " Je suis venu combattre le singe" dit-il modestement.
    On alla chercher Saru. On lui mit entre les mains  un bokken et on l'amena au lieu de la rencontre. L'animal vif et malicieux s'avança pour combattre mais quand il aperçut l'ancien rônin devenu ermite, il recula brusquement, poussa des cris perçants, laissa tomber son arme et se sauva en courant.
    "Entre, fit maître Yagyu Tajima, tu es maintenant le bienvenu parmi mes élèves"

    "Quand le disciple est prêt, le maître vient" affirme le dicton zen. Quand le disciple est prêt, même le singe le sait.....

                                                                                      Contes Zen - Henri Brunel- Editions calmann-lévy



Pensée du mois